Selection elle polar :Un récit noir

le blog d’eirenamg : 1 gourmandise à partager: la lecture

Oliver est un premier roman intéressant, d’une jeune auteur irlandaise, pour moi ce n’est pas un roman policier, plus un roman psychologique. Il relate l’histoire d’Oliver arrêté après avoir agressé sa femme Alice.

Son histoire est racontée par sa voix mais aussi celle de son entourage (son demi frère, le frère de sa 1ere petite amie Michael, le premier amour d’Alice et leur voisin Barney, sa maitresse Moya). Mais aussi par des personnes de son passé, son ami de l’internat, une châtelaine française pour qui il a travaillé Véronique.

Peu à peu, on décode les agissements et les raisons de cette explosion de haine qui s’est abattue sur Alice ce soir là. Il donne à voir l’Irlande des années 60-70 à travers l’enfance du personnage principal. Les personnages secondaires permettent de compléter ce tableau sociologique sur l’Irlande de cette époque entre piété, catholicisme intransigeant et modernité. L’homosexualité, les relations hors mariage, la quête de respectabilité et le rapport à Dieu, le racisme sont questionnés.

Oliver est loin d’être un saint, son envie d’être aimé et de se faire sa place au soleil sont le contrepoint de sombres secrets de famille. L’auteur réussit à créer du suspense pour comprendre comment le brillant écrivain pour enfant a pu disjoncter et agresser sa femme.

J’ai aimé le personnage d’Alice comme celui de Laura beaux portraits de femmes, dévouées, amoureuses prêtes à se sacrifier pour Oliver. Le personnage de Véronique, l’évocation de la 2nde guerre mondiale m’a aussi intéressé. Le personnage de Barnay et du frère d’Alice, tout comme le portrait de Michael qui s’affirme au cours de son existence sont attachants. Des destins ordinaires qui tournent autour du personnage principal. La retranscription de la vie de pensionnat, du poids du regard familial, de la vie étudiante sont bien retranscrites. Cette galerie de personnage chacun avec leurs qualités et leurs défauts (mis à part le personnage de Moya trop caricatural à mon goût) font la richesse du récit. On enquête pour comprendre le pourquoi de cet évènement et les motivations d’Oliver, pour découvrir comme dans les poupées russes ses raisons. J’ai apprécié le style sobre, efficace avec des chapitres courts qui même s’ils alternent les points de vue des personnages font avancer l’intrigue jusqu’aux révélations finales. Même si on se doute de la solution, l’évolution des personnages principaux et secondaires sont intéressantes à suivre.

Donc plongez dans l’Irlande des années 60 et découvrez les secrets d’Oliver, un homme complexe marqué par son passé.